La psychothérapie est une profession de santé non médicale qui s’occupe des soins psychologiques des personnes. Ce service s’adresse à toute personne qui en éprouve le besoin et particulièrement quand elle souffre de difficultés psychologiques, relationnelles, sexuelles, comportementales, psychosomatiques.

Le psychopraticien relationnel propose une démarche personnelle qui vise à approfondir la connaissance de soi et dénouer les problématiques aliénantes. La psychothérapie touche essentiellement les aspects cachés ou méconnus de soi-même.

Différentes techniques thérapeutiques pourront être pratiquées en fonction de la personnalité du consultant, de sa problématique ainsi que de sa demande.

La psychothérapie apaise le mal-être et la souffrance psychique.

Elle améliore la relation à soi-même et aux autres.

Elle apporte une connaissance de soi plus profonde, plus fine, et une meilleure compréhension des phénomènes psychologiques, émotionnels et somatiques.

Elle permet de stimuler le processus de développement personnel.

Elle développe l’estime de soi.

Elle facilite l’aptitude à communiquer et à aimer.

Elle amène à bien se positionner dans tous les aspects de la vie : intime, familial, scolaire, professionnel et spirituel.

Une psychothérapie est aussi un cheminement personnel, dans le cadre d’une rencontre et d’une relation.

Non, la psychothérapie en exercice libéral ne donne pas lieu à des remboursements de Sécurité sociale.

La durée d’une psychothérapie est extrêmement variable, de quelques séances à plusieurs années.

Cela dépend de votre demande, de vos besoins, de vos motivations, de vos objectifs, de votre problématique, etc.

L’arrêt se fait en général d’un commun accord avec le psychopraticien relationnel, nécessitant une ou plusieurs séances pour « remercier » cette tranche thérapeutique. L’important est de s’arrêter par choix, en toute conscience et non sous le coup d’une réaction émotionnelle. 

Le Psychiatre :

C’est un médecin qui s’occupe des maladies mentales.

Il s’est spécialisé aux maladies psychiques relevant de la psychiatrie, à la suite des ses années de médecine générale.

Il est le seul habilité à prescrire des médicaments. 

Le Psychologue

C’est un chercheur en sciences humaines qui a étudié les comportements de façon objective et qui connaît les théories psychologiques.

Parmi les psychologues, certains se spécialisent dans la psychologie clinique.

Le psychologue clinicien fait passer des tests, contribue au diagnostic des maladies mentales, assure des entretiens cliniques. 

Le diplôme universitaire seul, ne donne pas de compétences pratiques dans le domaine de l’art psychothérapique. Il y a des médecins psychiatres et des psychologues qui sont aussi psychopraticiens relationnels – ou psychanalystes, parce qu’ils ont suivi une psychothérapie personnelle et une formation pratique sérieuse à la psychothérapie en plus de leurs études universitaires. 

Le Psychopraticien Relationnel

Il pratique la psychothérapie, c’est-à-dire les soins non médicaux de la psyché.

Il s’agit d’un praticien qui exerce un art particulier auquel il s’est spécialement formé : la psychothérapie.

Ce soin se fait par l’écoute ou à l’aide de techniques actives, soit en séances individuelles, soit en groupe.

Il ne délivre pas de médicaments.

La psychanalyse:

C’est une discipline particulière inventée par Freud, souvent adaptée dans la pratique comme psychothérapie.

On distingue :

  • Les psychanalyses et les psychothérapies relationnelles : thérapies de la Relation et du Sujet.

    Elles travaillent à partir de la relation et considèrent la personne qui les consulte en tant que Sujet responsable, pour l’accompagner dans la découverte et la compréhension de soi et de ses problèmes à partir du dialogue.

  • Les psychothérapies comportementales, cognitives et systémiques, d’ordre prescriptif, considèrent qu’il convient essentiellement de donner des consignes à la personne qui consulte.

Le Psychopraticien Relationnel est un professionnel du soin de la psyché.

Il s’agit d’un Psycho – thérapeute choisissant de s’inscrire dans une démarche qualité, garante d’expertise, de formation et de reconnaissance.

Le titre de Psychothérapeute répondant à de nouvelles réglementations depuis Mai 2010. Décret n° 2010-534 du 20 mai 2010 relatif à l’usage du titre de psychothérapeute

Comment devient-on Psychopraticien Relationnel ?

  • Avoir suivi une psychothérapie personnelle suffisamment approfondie pour un professionnel

  • Avoir suivi une formation pratique et théorique de la psychothérapie

  • Etre engagé dans une démarche de supervision de sa pratique.

  • Respecter le code de déontologie des Psychopraticiens.

Les cinq critères du SNPPsy :

Les praticiens en psychothérapie relationnelle titulaires du SNPPsy répondent aux cinq critères suivants :

  1. Avoir soi-même suivi une psychothérapie ou psychanalyse suffisante
  2. Etre expert de son métier : méthodes psychothérapeutiques, théories, pratique, psychopathologie

  3. Etre en supervision ou contrôle constant auprès d’un professionnel qualifié dans le domaine.

  4. Se référer à un code de déontologie spécifique. (Celui du Snppsy fait généralement référence)

  5. Se voir agréer par une Commission de pairs professionnels expérimentés. 

La qualité du Psychopraticien Relationnel est définie par :

  • Un niveau d’individuation qui résulte d’un travail sur soi approfondi

  • Une compétence professionnelle acquise par une formation pratique spécialisée à la psychothérapie

  • Un questionnement permanent de sa pratique à travers une supervision.

Le Psychopraticien Relationnel s’inscrit dans une culture psychologique en reconnaissant ses filiations théoriques et méthodologiques, tout en se faisant artisan de sa propre autonomie.

Il se réfère également à son expérience, sa sensibilité, ses valeurs. Le psychopraticien relationnel a acquis une culture élaborée et spécifique dans le domaine des sciences humaines.

Il se soumet à une éthique professionnelle. Cette éthique est définie par le code de déontologie de l’organisation à laquelle il appartient (celui du SNPPsy constitue une référence dans la profession).

Quelle est la nature de la relation entre le thérapisant et son psychopraticien relationnel ?

La relation thérapeutique instaure un espace symbolique fondé à la fois sur une intimité et sur une juste distance respectueuse.

En tant que lien symbolique, cette relation est l’élément moteur du processus psychothérapique.

L’interdiction du passage à l’acte des pulsions violentes et sexuelles dans cet espace symbolique est la condition même de la liberté d’expression de tous les aspects de la personne en psychothérapie.

Le psychopraticien relationnel est le garant du respect des interdits.

Le thérapisant s’implique pour lui-même avec toute la sincérité et la force d’engagement dont il est capable, tandis que l’implication du psychopraticien relationnel est au service du processus psychothérapique.

Le cadre de la psychothérapie est constitué par le lieu, les conditions matérielles, les règles établies lors du contrat psychothérapique, les méthodes utilisées, les références théoriques du Psychopraticien Relationnel, et son éthique.

La stabilité et la pertinence du cadre sont essentielles au fonctionnement même de la psychothérapie.

Le cadre est sécurisant et structurant.

Parce qu’il existe et est assez contenant, il permet de s’exprimer librement ou d’expérimenter des états régressifs, des comportements et des états de conscience nouveaux, ou de favoriser la prise de conscience des aspects inconnus de soi-même et de sa vérité.

Le cadre doit être exempt de toute disposition aliénante ou abusive.

« Le Coaching est l’accompagnement de personnes pour le développement de leurs potentiels et de leurs savoir-faire dans le cadre d’objectifs professionnels »

Cet accompagnement vise la performance opérationnelle d’un individu, d’un manager, d’une équipe en offrant la possibilité de prendre du recul, d’analyser le contexte et de préparer ses actions.

Il s’agit d’un accompagnement orienté résultat.

Il s’agit d’une prestation « à la carte » pouvant répondre à tout type de problématique et de situation professionnelle.

Le coaching est un outil de gestion des ressources humaines ouvert à tous et respecte la singularité de chaque individu et de chaque organisation.

Le coaching implique un réel engagement, une démarche active et une introspection nécessaire,afin d’atteindre l’objectif fixé lors du contrat établit entre le coach et le coaché.

Le Coach, par son écoute neutre et objective, ses questions et son rôle d’effet « miroir », invite le coaché à:

  • Revisiter sa situation

  • Identifier les ressources dont il dispose ainsi que les fragilités qui le mettent en difficulté

  • Appréhender d’un autre regard le système dans lequel il se retrouve à travailler

  • Trouver ses propres solutions pour réaliser ses intentions.

Le travail de Coaching invite à la réflexion et la prise de recul autour de problématiques identifiées en vue de mettre en œuvre les solutions adaptées qui permettront :

  • Une posture ajustée face à la situation

  • Un retour dans une dynamique génératrice de résultat

  • L’épanouissement personnel dans sa vie professionnelle

Le coach est un expert du développement des potentiels. Il se positionne en accompagnateur et permet aux responsables, aux équipes et aux organisations de s’adapter aux mutations perpétuelles de leur environnement.

Conscient des problématiques managériales, il fait le lien entre les motivations de la personne, ses objectifs professionnels et les projets de son entreprise.

Sa valeur ajoutée réside dans la stimulation de recherche de solutions à partir des axes de réflexion déjà connus et souvent sous-exploités par la personne.

Le coach apporte un éclairage extérieur, neutre et bienveillant, par lequel la personne « objet de l’entreprise » pourra retrouver une juste place du sujet au service du projet de l’entreprise et ainsi retrouver toute sa puissance d’exécution.

L’approche du notre cabinet est basée sur le développement personnel visant une plus grande efficacité professionnelle au sein de l’environnement complexe et systémique de l’entreprise. Elle encourage l’émergence des potentiels, le développement des talents, pour un mieux être dans sa vie professionnelle et donc une efficacité accrue.